Existe-t-il une justification éthique au piratage d'Ashley Madison ?

Informations client confidentielles du mois dernier a été volé au Canadien AshleyMadison . À l'époque, les pirates ont menacé de tout publier à moins que le site Web basé à Toronto ne soit fermé. Le site Web, qui compte 37 millions de membres dans le monde, n'a pas été fermé.

Les données maintenant publiées, enregistrant près de 10 gigaoctets, comprennent des bases de données d'informations sur les clients, des référentiels de code source, des dossiers financiers et des e-mails. Le groupe de piratage plus récemment , Noël Biderman.



Maintenant, le site Web offre une récompense de 500 000 $ pour les informations menant à l'arrestation du groupe responsable de l'acte de cyberterrorisme, comme Ashley Madison l'a appelé.



Certains ont demandé : le piratage était-il justifié d'une quelconque manière ? Éthicien Chris MacDonald soutient non dans un éditorial pour Canadian Business .

Quoth MacDonald :



Il convient de noter qu'il peut y avoir des victimes innocentes dans tout cela : certains comptes d'Ashley Madison peuvent être usurpés par des personnes utilisant des cartes de crédit volées. D'autres comptes peuvent appartenir à des personnes qui ne sont en fait pas mariées, mais qui n'ont néanmoins pas besoin que leurs habitudes de rencontres en ligne soient partagées avec le monde. Et même les principaux clients de l'entreprise - ceux qui agissent vraiment de manière déshonorante - ne méritaient pas nécessairement d'être punis à la manière d'un justicier. Ou peut-être plus précisément, ce n'est pas qu'ils ne le méritent pas, mais plutôt que l'équipe de l'Impact, quelle qu'elle soit, n'a pas le droit de décider.

Peut-être que la morale de l'histoire est que, la nature humaine étant ce qu'elle est, il est plus facile de gagner de l'argent en se pliant aux instincts les plus bas des gens, que de protéger les informations privées recueillies en cours de route, conclut MacDonald.

Kategori: Nouvelles