Nous avons rencontré trois des meilleurs investisseurs providentiels du Canada

Trois investisseurs providentiels sont reconnus par le Prix ​​​​des startups canadiennes pour leur soutien à la croissance de l'écosystème entrepreneurial du Canada. Sans ces trois finalistes du prix – Allen et Eva Lau, Harley Finkelstein et Manny Padda – un certain nombre de fondateurs pourraient encore se démener dans les sous-sols de leurs parents.

Vous trouverez ci-dessous une séance de questions-réponses avec chacun de ces investisseurs providentiels, y compris des informations sur leur démarrage, certains de leurs investissements réussis à ce jour et leurs perspectives sur la scène technologique canadienne.

Allen et Eva

Eva Lau est l'un des poissons de Deux petits projets de pêche , avec son mari Allen Lau. Le couple a commencé à investir dans des investissements providentiels en 2014, tirant parti de ses plus de 20 ans d'expérience. La société a réalisé neuf investissements à ce jour.



Techvibes s'est récemment entretenu avec Eva.

TV : Comment avez-vous commencé en tant qu'investisseur providentiel ?

LA: Allen et moi travaillons dans l'industrie de la technologie depuis plus de 20 ans. Avant Wattpad, nous travaillions tous les deux chez Brightspark Labs et aidions de nombreux entrepreneurs à l'époque à [transformer leurs idées en produits]. Wattpad a certainement été l'une des expériences les plus excitantes pour nous - être aux commandes d'une startup. Nous avons décidé de nous lancer dans l'investissement providentiel afin de partager non seulement notre expérience avec d'autres entrepreneurs, mais aussi notre capital et surtout notre réseau.

Quel a été votre plus gros investissement à ce jour ?

Notre plus gros investissement à ce jour est Hubba. Nous avons investi 30 000 $ dans l'entreprise.

Quel a été votre meilleur investissement à ce jour ?

Le meilleur investissement à ce jour est SkipTheDishes [acheté récemment par le britannique Just Eat]. En deux ans, nous avons eu un rendement multiplié par 12.

À quoi ressemble l'environnement des anges aujourd'hui, par rapport à il y a cinq ans ?

L'environnement des anges est certainement plus dynamique aujourd'hui. Outre le capital providentiel traditionnel des particuliers fortunés, nous voyons de plus en plus d'entrepreneurs devenir des anges. Allen et moi en sommes d'excellents exemples. Le Canada a désespérément besoin de plus d'entrepreneurs devenus investisseurs providentiels qui recyclent les connaissances et les capitaux dans l'écosystème.

Qu'attendez-vous le plus en 2017 ?

J'ai hâte de voir plus de startups du domaine de l'IA étant donné que Toronto est le leader mondial dans ce domaine.

Selon vous, quels sont les principaux défis qui attendent l'investissement providentiel ?

Le défi que je vois en ce moment est que les entrepreneurs ne sont pas aussi agressifs qu'ils devraient l'être lorsqu'il s'agit de dominer le marché. Souvent, les entrepreneurs viennent nous voir avec un plan pour s'attaquer à un marché de niche ou se contentent de prendre un petit pourcentage du gâteau. Nous avons certainement besoin de plus de startups ambitieuses et travaillant à la domination du marché. Outre le rendement potentiel qu'ils apporteront aux investisseurs, ils contribueront à faire évoluer l'écosystème technologique au Canada en se concentrant sur la création d'entreprises de classe mondiale.

Manny Padda

Manny Padda a créé sa première entreprise de plusieurs millions de dollars à 26 ans, l'agence de recrutement PM Search Partners. Il est également le fondateur et directeur général de New Avenue Capital, une société de capital-risque qui a investi dans une poignée de startups telles que myBestHelper, ShareShed et G-Cup. Padda a reçu le prix de l'ange canadien de l'année 2016 de la National Angel Capital Organization. Il est également cofondateur de GradusOne, une organisation qui relie les étudiants et les nouveaux diplômés à des mentors et leur fournit des ressources pour les aider à affiner leur cheminement de carrière et à réussir.

TV : Comment avez-vous commencé en tant qu'investisseur providentiel ?

député : J'ai toujours été intéressé par les investissements en phase de démarrage. Lorsque j'ai créé mon cabinet de recrutement de cadres, j'ai commencé à travailler avec des entreprises en démarrage et j'ai pris une partie de mes honoraires en stock. Cela m'a introduit plus loin dans l'espace. Je suis maintenant un investisseur providentiel depuis sept ans. J'aime travailler avec ces entreprises et surtout les fondateurs. Je crois que nous parions sur le jockey pas sur le cheval. C'est engageant de voir des gens bâtir leur entreprise et je suis très fier de savoir que l'investissement que j'y investis peut contribuer à leur réussite.

Quel a été votre plus gros investissement à ce jour ?

La taille de mon chèque varie généralement de 25 000 $ en pré-amorçage à 350 000 $ dans les tours de suivi.

Quel a été votre meilleur investissement à ce jour ?

Il y en a eu quelques-uns : Fantasy 6 (investi de plus de 350 000 $) ; NFC Games (investi de plus de 200 000 $ ); et six autres entreprises avec des investissements de 100 000 $ ou plus.

À quoi ressemble l'environnement des anges aujourd'hui, par rapport à il y a cinq ans ?

Je crois qu'au Canada, nous voyons plus d'anges émerger. Il y a quelques années, un certain nombre d'anges avaient gagné leur argent dans différents secteurs (immobilier, pétrole et gaz et mines). Avec les sorties récentes, cependant, nous voyons plus d'anges qui ont eu des sorties dans l'espace et peuvent fournir beaucoup de conseils aux entrepreneurs en plus du capital.

Qu'attendez-vous le plus en 2017 ?

La qualité accrue du deal flow des startups au Canada. Nous voyons chaque année de meilleures entreprises qui pensent à l'échelle mondiale.

Selon vous, quels sont les principaux défis qui attendent l'investissement providentiel ?

Vérification des offres. Il existe maintenant de multiples plates-formes sur lesquelles les anges peuvent investir et l'inondation des entreprises. L'offre de capital providentiel est encore faible par rapport à la demande dans le secteur. Il n'y a pas assez de capital pour financer certaines entreprises très viables.

Harley Finkelstein

Harley Finkelstein est peut-être mieux connu pour son rôle de chef de l'exploitation chez Shopify et de dragon dans Next Gen Den de CBC TV. Finkelstein est également un entrepreneur à succès, un avocat et un investisseur providentiel très actif.

TV : Comment avez-vous commencé en tant qu'investisseur providentiel ?

HF : J'ai été entrepreneur la majeure partie de ma vie et j'ai toujours investi mon temps pour aider et soutenir d'autres entrepreneurs. [Ils] sont ma tribu. Ils sont mon peuple. Mais jusqu'à très récemment, je ne pouvais pas me permettre de faire un investissement financier dans ces startups et entreprises. Plus récemment, et au fur et à mesure que Shopify a grandi, cela m'a permis de commencer à investir plus que mon temps dans les entrepreneurs canadiens, et maintenant je peux aussi faire des investissements financiers. Je sens que j'ai maintenant une profonde responsabilité de soutenir l'écosystème canadien, et je suis très fier de pouvoir jouer un rôle pour aider d'autres entrepreneurs.

Quel a été votre plus gros investissement à ce jour ?

J'ai investi entre 20 000 $ et 50 000 $ dans environ sept startups au cours des 12 derniers mois.

Quel a été votre meilleur investissement à ce jour ?

SkipTheDishes probablement [acheté récemment par le britannique Just Eat]

À quoi ressemble l'environnement des anges aujourd'hui, par rapport à il y a cinq ans ?

Il semble y avoir beaucoup plus d'investisseurs providentiels aujourd'hui que par le passé. Je pense que c'est merveilleux. J'aime que tant d'entrepreneurs canadiens qui ont eu un peu de succès avec nos propres startups se sentent profondément responsables de donner au suivant et d'aider les autres.

Qu'attendez-vous le plus en 2017 ?

L'écosystème des startups canadiennes n'a jamais été aussi fort. Nous bâtissons des chefs de file mondiaux à partir d'ici au Canada. Je suis ravi que beaucoup plus d'entrepreneurs canadiens décident de faire croître leurs startups pour en faire de grands leaders indépendants - plutôt que de vendre trop tôt.

Selon vous, quels sont les principaux défis qui attendent l'investissement providentiel ?

Simplicité. Nous devons permettre aux startups de rencontrer plus facilement de nouveaux investisseurs, non seulement grâce à leurs chèques, mais aussi grâce à leur soutien, leurs conseils et leur réseau.

Votez pour qui, selon vous, mérite d'être l'ange de l'année 2016 ici .

Real Ventures, iNovia Capital et Relay Ventures sont finalistes aux Canadian Startup Awards

Kategori: Nouvelles