Le tribunal approuve l'entente entre Moblicity et Telus

Cette semaine, la Cour supérieure de justice de l'Ontario a approuvé l'acquisition de Mobilicity par Telus. Quelques semaines plus tôt, le 16 mai, Telus a accepté de acheter le fournisseur de télécommunications sans fil pour 380 millions de dollars , sous réserve de l'approbation des créanciers, du tribunal, du Bureau de la concurrence et d'Industrie Canada.

Maintenant, l'anticipation s'estompe car les créanciers ont voté en faveur de la transaction et le tribunal a autorisé la proposition à aller de l'avant.

La décision du tribunal d'aujourd'hui nous rapproche d'une autre étape importante de la réalisation de cette acquisition, a déclaré David Fuller, directeur marketing de Telus, ce qui permettra à Telus de sauver les emplois des 150 employés de Mobilicity et de continuer à servir ses 250 000 clients sans perturber les problèmes financiers actuels de cette entreprise. pourrait causer.



Fondée à Vaughan, en Ontario, en 2009, Mobilicity ou souvent connue sous le nom de Data & Audio Visual Enterprises Wireless, connaît des difficultés financières. Avec plus de 450 millions de dollars de dettes et une perte de 30 millions de dollars par mois, il est devenu clair pour les dirigeants de Mobilicity que le seul moyen crédible de maintenir un service et une sécurité d'emploi ininterrompus est de conclure un accord. En décembre, elle a entamé des pourparlers avec Telus et en février, elle a obtenu le capital dont elle avait tant besoin pour poursuivre ses activités, tandis que les discussions sur l'achat se poursuivaient.

VOIR ÉGALEMENT: La fin de la concurrence sans fil au Canada

Le 25 avril, Mobilicity et Telus ont négocié un accord final et ont demandé au tribunal une ordonnance lui permettant de plutôt vendre ou restructurer l'organisation. Industrie Canada a encore besoin de temps pour examiner attentivement la proposition. Et la consultation sur le transfert de spectre tentera de parvenir à une décision avant l'enchère de novembre. Mais les entreprises espèrent qu'un accord pourra être conclu d'ici le 9 août.

Le 16 mai, Telus a signalé que Mobilicity comptait plus de 250 000 abonnés, tandis que Wind Mobile en comptait plus de 600 000.

La concurrence entre les trois grandes entreprises canadiennes de télécommunications s'intensifie. Avec des souvenirs de Mobilicity frais dans l'esprit de toutes les entreprises en démarrage de télécommunications, les Canadiens pourraient être menottés aux contrats de Telus, Bell et Rogers et sans autres options pendant de nombreuses années à venir.

OpenMedia.ca, basée à Vancouver, estime que l'acquisition, si elle est autorisée, réduira le choix et le traitement équitable des clients sur le marché canadien déjà brisé du sans fil. OpenMedia souligne que Mobilicity est l'un des trois seuls opérateurs au Canada indépendants des trois grandes compagnies de téléphonie mobile, qui contrôlent déjà environ 94 % du marché.

La vente de Mobilicity à Telus étouffera le choix dans un marché sans fil déjà monopolistique, affirme l'organisation. L'accord donne également aux grands conglomérats de télécommunications plus de marge pour augmenter les prix, car le contrôle sur le marché fourni par les nouveaux entrants diminue.

Photo : Le Globe and Mail

Kategori: Nouvelles