Le Manitoba durcit les sanctions visant la conduite avec un téléphone cellulaire

En moyenne, 28 personnes sont tuées chaque année en raison de la distraction au volant au Manitoba, tandis que près de 2 500 conducteurs distraits sont impliqués dans des collisions chaque année.

Les conducteurs à haut risque qui mettent en danger d'autres automobilistes ou piétons en utilisant des appareils de communication électroniques portatifs font maintenant face à des sanctions plus sévères, selon le procureur général Gord Mackintosh, ministre responsable de la Société d'assurance publique du Manitoba.

Ce changement envoie un message clair à tous les Manitobains que notre gouvernement est déterminé à assurer la sécurité de tous sur la route, a déclaré Mackintosh. Nous savons que la distraction au volant est un grave problème dans notre province qui contribue aux collisions, aux décès et aux blessures graves.



Les automobilistes reconnus coupables d'avoir utilisé des appareils électroniques portatifs au volant perdront cinq niveaux sur l'échelle d'évaluation de la sécurité des conducteurs (DSR) de la Société d'assurance publique du Manitoba. Le Manitoba est maintenant en tête du pays en ce qui concerne la sanction d'inaptitude la plus élevée associée à la conversation sur des téléphones portables ou à l'envoi de SMS au volant, a déclaré le ministre.

Il est indéniable que parler sur un téléphone portable et envoyer des SMS sont deux distractions majeures au volant, a déclaré Mackintosh. Même l'appel téléphonique le plus rapide ou le message texte le plus court lorsque vous êtes au volant peut entraîner une tragédie.

Une baisse de cinq niveaux sur le DSR peut avoir un impact significatif sur le coût d'un permis de conduire et le droit à des réductions d'assurance automobile au cours des cinq années nécessaires pour retourner à un placement pré-condamnation. Les sanctions financières iront d'environ 300 $ pour les meilleurs conducteurs à 3 000 $ ou plus pour les conducteurs dont le dossier de conduite est déjà médiocre. Avant ce changement, une condamnation pour avoir parlé sur un cellulaire ou envoyé des textos au volant entraînait deux points de démérite en plus d'une amende de 200 $.

Kategori: Nouvelles