La technologie antiterroriste sera testée à Edmonton : accueil mitigé

Le gouvernement du Canada, en collaboration avec Systèmes de sécurité cubiques de San Diego, en Californie, sont sur le point de tester une nouvelle technologie visant à empêcher les terroristes d'embarquer dans les transports en commun. Le projet d'essai de 2,54 millions de dollars, dont Ottawa injecte 1,78 million de dollars, devrait durer trois semaines en avril de cette année, à la station Churchill.

En enduisant de polymère les tickets de train léger sur rail, tout résidu explosif ou radioactif qu'un terroriste peut avoir sur les mains doit être piégé et peut ensuite être lu par un lecteur de ticket spécialisé. Si quelque chose est détecté, une alarme silencieuse est déclenchée et les caméras envoient des photos de l'individu à divers organismes d'application de la loi et de sécurité. Tous les trains entrants seront également avertis de ne pas s'arrêter à la gare. Selon le Presse gratuite de Winnipeg , il y aura même des capteurs de passage, semblables à des détecteurs de métaux, mis en place pour surveiller le trafic entrant et sortant de la gare.

Il s'agit du premier procès de ce genre en Amérique du Nord, et de nombreuses villes américaines portent une attention particulière au procès d'Edmonton. Mais l'accueil n'est pas que chaleureux. Les détracteurs du projet estiment que l'argent serait mieux dépensé ailleurs. Dans une interview avec le Soleil d'Edmonton , la députée néo-démocrate Linda Duncan n'est pas trop impressionnée par le plan. Pourquoi Edmonton? Je pense que nous avons probablement l'un des plus faibles taux d'achalandage des systèmes de TLR au Canada. Pourquoi le Canada paie-t-il 2 millions de dollars pour tester une technologie américaine qu'il pourrait vouloir vendre?



D'autres critiques notent que, bien que les systèmes de transport en commun puissent effectivement être des cibles, il y aura toujours de grands espaces publics difficiles à protéger, tels que les centres commerciaux et les parcs. Dans une interview avec le Journal d'Edmonton , Todd Litman du Victoria Transport Policy Institute explique que, si la sécurité est la principale préoccupation, aider les gens à utiliser les transports en commun est peut-être une utilisation plus appropriée de l'argent. Les accidents de voiture mortels sont les vrais tueurs de personnes en déplacement au Canada, pas les terroristes. Prendre le transport en commun pour se rendre au travail, par opposition à sa propre voiture, est 10 fois plus sécuritaire que la voiture. Les communautés qui disposent d'excellents systèmes de transport en commun sont 20 % plus sûres pour se déplacer que les villes axées sur la voiture.

De toute évidence, il existe une variété d'opinions en matière de sécurité publique, quelle est la vôtre ?

Photo : Canoe.ca

Kategori: Nouvelles