La société affirme que les propriétaires ne parviennent pas à signer les meilleures offres pour les baux de tours de téléphonie mobile sur le toit

Chaque semaine, Techvibes republie un article (ou deux) de Affaires à Vancouver . Cet article a été initialement publié dans le numéro 1089 du 7 au 13 septembre 2010.

Ce sont des contrats qui peuvent fournir un flux de revenus sans entretien pour les propriétaires d'immeubles, mais il y a plus à louer des biens immobiliers sur le toit pour les tours de téléphonie cellulaire qu'il n'y paraît.

Ceci selon une société de conseil qui a récemment ouvert ses portes à Vancouver pour aider les propriétaires d'immeubles à négocier des valeurs de location équitables pour leur espace de tour cellulaire sur le toit et pour les aider à comprendre les responsabilités qu'ils peuvent encourir à la suite de tels baux.



Roy Bennett, fondateur de Antenne Management Corp. (AMC), a été des deux côtés du processus d'acquisition du site de la tour cellulaire. Il a aidé des propriétaires d'immeubles à négocier des baux avec des transporteurs pour leur espace sur le toit, et il a repéré des sites potentiels de tours cellulaires pour un grand transporteur canadien – bien qu'il ait refusé de divulguer lequel, citant un accord de non-divulgation.

L'une des choses qui m'a toujours dérangé, c'est qu'il n'y a vraiment personne qui représente les propriétaires d'immeubles, a déclaré Bennett.

Cette sous-représentation et le manque de connaissances des propriétaires sur la façon dont les baux de tours cellulaires sur le toit sont structurés, a-t-il dit, se traduisent souvent par des contrats qui favorisent le transporteur.

En tenant compte de la quantité de données sans fil transmises par une tour de téléphonie cellulaire, Bennett a déclaré que les opérateurs génèrent chaque année des dizaines de millions de dollars de revenus à partir de chaque tour.

Il a ajouté qu'une tour de copropriété moyenne peut générer 30 000 $ par an grâce à la location d'une tour cellulaire sur le toit.

Mais Bennett a noté que ce prix représente toujours une fraction des revenus générés par les transporteurs et ne tient pas compte des dettes de location des propriétaires d'immeubles.

Il a déclaré que son entreprise essayait donc d'uniformiser les règles du jeu, car la plupart des propriétaires et des gestionnaires immobiliers sont très bons pour négocier des baux et des accords pour l'espace dans leurs immeubles, mais ils ne connaissent pas le secteur des télécommunications.

Il a déclaré que la plupart des contrats de location n'imposent pas aux transporteurs une obligation de défense, ce qui signifie que les propriétaires d'immeubles pourraient être responsables des frais juridiques si, par exemple, quelqu'un devait être blessé par une tour qui tombe ou une batterie ou une radio qui fuit. émissions de fréquences.

De plus, l'assurance fournie par les compagnies de téléphonie cellulaire ne dépasse généralement pas 2 millions de dollars.

Vous créez vraiment un passif à long terme de quelques milliers de dollars par mois, a déclaré Bennett. Il est donc très prudent pour les gens d'examiner leur situation actuelle et de s'assurer que s'il y a un litige, il est poussé à la société de téléphonie mobile.

Bennett a déclaré que de nombreux baux de tours cellulaires sont de 15 ans.

Étant donné que les téléphones portables ont commencé à proliférer il y a environ 15 ans, il a souligné que de nombreux contrats de location devaient être renégociés, ce qui en fait un moment opportun pour lancer AMC.

De plus, Bennett a noté que les nouveaux entrants dans les télécommunications sont à la recherche d'un emplacement de transmission.

Le porte-parole de Telus Corp. (TSX:T), Shawn Hall, a confirmé que le paysage canadien est en effet de plus en plus peuplé de points de transmission cellulaire.

Il a cité l'adoption croissante des téléphones portables et la croissance des données, telles que les flux vidéo, dont les utilisateurs de téléphones portables et de smartphones ont besoin.

Hall a déclaré que Telus essaie toujours de placer de nouveaux points de transmission sur les structures existantes, plutôt que de construire de nouvelles tours – ces dernières pouvant coûter entre 500 000 $ et 2 millions de dollars.

Telus installe 80 nouveaux points de transmission en Colombie-Britannique. cette année sur les structures et les toits nouveaux et existants.

Il a déclaré que le gouvernement fédéral exige que les transmissions par téléphone portable ne dépassent pas 2% de ce que le gouvernement considère comme des niveaux d'émission sûrs.

La quantité de signal provenant d'une tour de téléphonie cellulaire est infime – généralement autour de 15 watts, a déclaré Hall. Il y a beaucoup d'hystérie à propos de ces choses dont [Bennett] se nourrit peut-être un peu.

Bennett n'a pas pu fournir d'exemples de cas juridiques dans lesquels des propriétaires d'immeubles ont été tenus responsables d'accidents impliquant des tours de téléphonie cellulaire, mais il a fourni deux cas dans lesquels des propriétaires d'immeubles ont été tenus responsables de millions de dollars pour des blessures subies à la suite de gicleurs d'incendie défectueux et d'un moustiquaire cassée.

Il n'a pas divulgué de clients, citant le stade précoce de la relation de l'entreprise, mais a déclaré qu'AMC consulte un certain nombre de gestionnaires immobiliers et de propriétaires d'immeubles responsables de centaines d'immeubles à Vancouver.

Kategori: Nouvelles