La déréglementation ébranle les fournisseurs d'accès Internet juniors

Techvibes republiera chaque semaine un article de Affaires à Vancouver un journal.

Cet article a été initialement publié dans le numéro 1039 du 22 au 28 septembre 2009.

Quatre av. Les entreprises se sont jointes à une campagne demandant au gouvernement fédéral d'annuler une décision réglementaire qui, selon elles, permettra à Telus Corp. (TSX:T) et à Bell Canada (TSX:BCE) d'exclure leurs plus petits concurrents du marché du haut débit.



Le Campagne pour un haut débit compétitif (CCB) est la dernière volée d'une bataille de longue date qui oppose les grands fournisseurs de services Internet (FAI) tels que Telus aux revendeurs juniors de services à large bande.

Dirigé par MTS Allstream Inc. de Winnipeg, le CCB veut renverser une décision antérieure du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) qui supprimait l'obligation pour Telus et Bell de fournir aux concurrents un accès à des tarifs fondés sur les coûts à leurs services à large bande haute vitesse. pour les entreprises.

Plus de 20 entreprises et organisations se sont jointes au CCB, alléguant que leur part de marché disparaîtra si elles ne peuvent pas accéder aux offres à large bande les plus rapides de Telus et de Bell.

Le groupe affirme que ses clients migreront logiquement vers Telus et Bell - les seuls fournisseurs des réseaux haute vitesse pour les entreprises - si la décision du CRTC prend effet en décembre.

Si la décision devient loi et que nous ne sommes pas autorisés à vendre le même service en termes de vitesse et d'autres paramètres, nous devrons éventuellement trouver un autre moyen de tirer profit de l'activité Internet ou de quitter progressivement l'activité, a déclaré Bill Campbell, président de Vancouver Services Internet d'affaires de Skyway Ouest .

Skyway et trois autres B.C. entreprises - Communications à la vitesse de la lumière , AEBC Internet Corp. et SmartNet , – sont membres du CCB.

La bataille remonte aux débuts d'Internet au Canada, lorsque Telus, Bell et quelques autres opérateurs détenaient des positions monopolistiques dans l'industrie des télécommunications.

Le gouvernement fédéral appuya largement les monopoles comme nécessaires pour développer de nouveaux réseaux de communication à travers le Canada.

Mais en échange du soutien du gouvernement, les opérateurs étaient tenus de vendre en gros le haut débit aux petites entreprises à des tarifs basés sur les coûts pour permettre aux concurrents d'entrer sur le marché. À leur tour, de plus petites entreprises telles que Skyway vendent le haut débit associé à des services commerciaux à valeur ajoutée tels que la gestion du réseau et le filtrage des spams.

En se rangeant du côté de Telus et de Bell, le CRTC a conclu que le dernier kilomètre de fibre qui constitue les réseaux d'affaires des transporteurs ne fait pas partie des services essentiels qui relèvent du régime réglementaire.

Le CRTC définit les services de télécommunications essentiels comme ceux que les concurrents ne peuvent pas développer eux-mêmes, sont requis par les concurrents pour fournir des services de télécommunications dans un marché en aval et sont contrôlés par une entreprise qui, si le service était inaccessible aux autres, pourrait devenir un monopole.

Dans sa décision, le CRTC a conclu que le réseau de fibre optique du dernier kilomètre de Telus et de Bell pourrait être dupliqué par d'autres fournisseurs de services.

Mais Skyway et les autres transporteurs ne sont pas d'accord.

Campbell a déclaré que Skyway et d'autres FAI juniors n'avaient pas l'argent pour investir dans l'infrastructure du réseau – qui comprendrait des kilomètres de câblage en fibre.

Il y a une limitation pratique à notre capacité à le faire ainsi qu'une limitation financière en raison de l'échelle dont nous parlons, a déclaré Campbell.

Michael Hennessy, vice-président principal des affaires réglementaires et gouvernementales de Telus, a déclaré que Telus n'avait plus le monopole qu'elle détenait à l'aube d'Internet au Canada.

Partout au pays, les câblodistributeurs de presque tous les marchés ont plus de parts de marché et plus de clients Internet que les anciennes compagnies de téléphone.

En Colombie-Britannique et en Alberta, par exemple, Shaw Communications Inc. (NYSE : SJR) compte environ 1,4 fois plus de clients Internet que Telus.

Au moins un groupe de revendeurs à large bande en Colombie-Britannique. adopte une approche différente pour tenter d'accéder à l'infrastructure haute vitesse de Telus et de Bell.

Dans un mémoire au CRTC, Open Source Solutions, un consortium de 10 fournisseurs de services Internet (FSI) régionaux en Colombie-Britannique, a déclaré que le CRTC devrait éliminer l'accès obligatoire aux produits à large bande.

Le président de l'OSS, Bob Allen, a déclaré à BIV que les membres de l'OSS préféreraient négocier avec Telus et Bell – bien que l'OSS souhaite la création d'un organe d'arbitrage pour résoudre les différends.

Nous ne voulons plus du même régime réglementaire que celui que nous avons connu ces dernières années, a déclaré Allen. Nous voulons passer à un modèle d'arrangement négocié avec nos fournisseurs en amont.

Kategori: Nouvelles