Journalisme 2.0 à Convergence 2009

Être journaliste n'est plus comme il y a 10 ou même 5 ans, mais le panel Journaliste 2.0 de Convergence de Cossette Ouest 2009 conférence tenue au Vancouver Convention Centre a tenté de lutter contre les changements qui se produisent à la fois dans les médias traditionnels et dans le journalisme citoyen.

Le panel était composé de Sean Holman, rédacteur en chef de Yeux du public , un site Web en ligne de longue date consacré à creuser profondément dans la politique de la côte ouest, Kirk Lapointe, le rédacteur en chef du Vancouver Sun (et un twitter à part entière) et Susan Ormiston , qui fait des reportages pour l'émission The National de CBC.



Lapointe a déclaré que les médias hérités sont en meilleure forme que certains ne le pensent; certaines entreprises sont en difficulté mais l'audience grandit et respecte le niveau de qualité apporté par les anciens médias. Il a déclaré que le grand défi pour les anciens médias est de créer de la valeur à une époque d'abondance. Et il a ajouté que la longue traîne et la croissance des médias sociaux sont un excellent moyen de générer cette valeur. Small is beautiful se traduit par plus de bouche à oreille pour des lecteurs plus engagés.



Le journalisme est aussi tout pour tout le monde, et est devenu élastique et agile comme jamais auparavant, ainsi que beaucoup plus inclusif. L'accès à la technologie ne réduira pas la demande de journalistes, a-t-il dit, mais ce qui n'est pas clair, c'est la forme que prendra ce journaliste.

Hollman, qui a remporté des prix pour son journalisme, a déclaré qu'il s'était rendu compte, lorsqu'il travaillait pour le gouvernement avant de créer son site, qu'il n'avait pas à toucher tout le monde, il devait juste toucher les bonnes personnes.



Il a également dit qu'il n'était pas surpris que lorsqu'il a lancé le blog, les journalistes grand public utilisaient son site pour leurs propres histoires, ce qui a amené les politiciens à prendre note et à parler des points qu'il a soulevés dans ses articles lorsqu'ils s'adressaient à l'Assemblée législative.

Les conséquences du fait que les médias grand public ne répondent pas au contenu en ligne gratuit ont entraîné de nombreux licenciements, a-t-il déclaré, et entraveront la création de contenu de qualité, a-t-il déclaré.
Peut-être, a déclaré Holman, les médias grand public commenceront-ils à sous-traiter la création de contenu à des magasins spécialisés, bien qu'il ait admis que cet arrangement n'est probablement pas possible au Canada à court terme.

Susan Ormiston a déclaré qu'elle était initialement réticente à créer une plate-forme en ligne à partir de laquelle elle a couvert les dernières élections fédérales. Mais ce qu'elle a découvert, c'est que même s'il y avait des défis, tels que la production de rapports de vlog et la résolution des conflits entre les règles électorales et la liberté sans entrave d'Internet, elle a également pu expliquer à la nation comment les blogueurs, Twitter et d'autres médias sociaux changeaient. le processus électoral et la pratique du journalisme.



Ormiston a déclaré avoir appris que les médias grand public ne sont pas tout à fait prêts à céder le contrôle aux blogueurs, et bien que les médias agissent comme un filtre, il y avait toujours un niveau de méfiance dans les médias grand public envers en ligne. Et en termes de politique, les politiciens canadiens sont clairement loin derrière le savoir-faire des médias sociaux de la campagne présidentielle de Barack Obama.

Kategori: Nouvelles