Jim Balsille : « Le Canada n'est pas équipé pour la concurrence mondiale »

Le Canada n'est pas équipé pour la concurrence mondiale, déclare Jim Balsillie, l'ancien co-PDG de BlackBerry.

Basillie, qui a dirigé l'ancien mastodonte canadien à son apogée avec des ventes de 20 milliards de dollars, croit que la prospérité du Canada est en danger si nous ne créons pas un écosystème permettant aux entrepreneurs de prospérer.

Dans un long article pour The Globe and Mail , Balsillie écrit que nos innovateurs et entrepreneurs sont de classe mondiale, mais que les politiques nécessaires à l'économie de l'innovation sont soit absentes, soit inadéquates au Canada.



Dit Balsillie :

Les pays leaders dans l'économie de l'innovation le font grâce aux entrepreneurs et à la commercialisation de leurs idées. . . . Les politiciens et décideurs canadiens doivent mettre à jour leur compréhension du fonctionnement de l'économie de l'innovation. . . . Ce qui nous manque au Canada, c'est un cadre privé et public propre à chaque pays conçu pour tirer profit des idées.

Nous avons un long chemin à parcourir, écrit Balsillie, de la politique à l'éducation et tout le reste. Nos universités doivent créer de meilleures incitations pour les chercheurs afin de stimuler la commercialisation, note-t-il.

Balsillie ajoute que le capital de risque au Canada est faible, observant qu'il fait partie des catégories d'actifs les moins performantes - les VC américains rapportent 13,5% lorsque les VC canadiens perdent 3,4%, selon une étude de 2013 de Thomson Reuters et de l'Association canadienne du capital de risque.

Les Canadiens sont capables de créer de la richesse nationale lorsque nous abordons la prospérité de façon systématique et stratégique. Nous avons besoin d'un lobby de l'innovation autochtone qui défend exclusivement les intérêts des entrepreneurs canadiens qui tentent de faire croître leurs entreprises à l'échelle mondiale. Je suis certain que la performance du Canada en matière d'innovation ne s'améliorera pas à moins que les chefs d'entreprise, universitaires et politiques du pays ne se réunissent pour envisager des politiques, des programmes et des outils radicalement différents.

Nous avons le devoir envers notre prochaine génération d'entrepreneurs de construire un écosystème de commercialisation qui les aidera à grandir et à se développer, conclut Balsillie. Pas seulement pour rivaliser dans l'économie mondiale de l'innovation, mais pour gagner.

Kategori: Nouvelles