F5 Expo keynote Malcolm Gladwell sur les réseaux sociaux

Avec le F5 Expo et keynote de Malcolm Gladwell présentation à moins de 48 heures, le Patrick Brethour du Globe and Mail s'est entretenu avec Gladwell parler d'être délibérément absent de presque toutes les plateformes de médias sociaux. Les articles de blog de Gladwell sont semestriels, son La page Facebook est un espace réservé et il ne s'est jamais aventuré sur Twitter.

Mercredi à Vancouver, il parle à l'Expo F5, mais il a d'abord parlé à Brethour sur les réseaux sociaux et pourquoi il s'est coupé d'une grande partie de ce monde.

Dans l'ensemble, les médias sociaux sont-ils une chose positive ou négative ?



J'aimerais penser que, dans l'ensemble, toute innovation, en fin de compte, est généralement un bien net. Mais cela ne signifie pas qu'il n'y a pas de conséquences importantes et parfois néfastes que nous devons trouver une autre façon de gérer. Alors que nous sommes au milieu de la révolution, nous devons nous arrêter et parler de ses conséquences plus larges.

Peux-tu me donner un exemple?

La facilité avec laquelle vous pouvez organiser les gens signifie que vous n'avez plus à vous donner la peine de créer des organisations de base solides, de développer un message cohérent, de nouer des liens solides et durables avec les individus. C'est une conséquence. La raison pour laquelle les gens ont fait cela dans le passé est que c'était vraiment difficile, qu'il fallait faire cela pour construire une organisation plus large. Maintenant, vous pouvez faire la partie large si facilement, vous n'avez pas à faire vos devoirs en premier.

Pour beaucoup de gens dans les médias, tweeter est presque obligatoire. Pourquoi pas pour vous ?

Vous ne pouvez pas faire grand-chose en une journée. Et je n'ai pas l'impression de manquer de plates-formes pour m'exprimer. J'ai des livres, j'écris pour le New Yorker. Si je donnais plus aux gens, ils en auraient marre de moi. J'ai un Blackberry, comme tout bon Canadien. Je viens de Waterloo – comment puis-je ne pas avoir de Blackberry ? Je le laisse un moment dans mon sac ou je quitte le bureau pour aller travailler dans un café. Je travaille actuellement sur quelque chose et je l'ai imprimé pour pouvoir travailler loin d'un ordinateur pendant un certain temps. Il existe toutes sortes de petites techniques que l'on utilise pour retrouver du temps seul.

Lis le suite de l'interview de Brethour et si vous souhaitez entendre Gladwell en personne, vous avez encore le temps de acheter un ticket .

Kategori: Nouvelles