L'ACEI tente de protéger les renseignements personnels

Le Autorité canadienne pour les enregistrements Internet (ACEI) a annoncé aujourd'hui qu'elle a lancé une nouvelle politique de confidentialité et un outil de recherche WHOIS pour protéger la vie privée des titulaires de nom de domaine .CA. La nouvelle politique vise à limiter l'accès du public aux renseignements personnels. En vertu de la nouvelle politique, les informations personnelles des titulaires de noms de domaine individuels, y compris le nom du titulaire, l'adresse personnelle, le numéro de téléphone et l'adresse e-mail, seront désormais automatiquement protégées en tant que données privées. Les informations d'enregistrement complètes pour les titulaires de noms de domaine d'entreprise continueront d'être accessibles et les titulaires individuels pourront choisir de rendre leurs informations accessibles. Un hic - dans des circonstances spécifiques et limitées, certaines informations de contact du titulaire peuvent être divulguées dans des situations résultant d'infractions mettant en danger des enfants, de litiges de propriété intellectuelle (cybersquattage), de menaces sur Internet et de vol d'identité. Vétéran du droit canadien de l'Internet Michael Geist voit cela comme une porte dérobée laissée grande ouverte qui laisse les Canadiens complètement exposés.

Cela représente une volte-face étonnante après des années de consultation publique sur la politique whois. Alors que l'exception d'application de la loi semble être étroitement adaptée, l'exception pour les marques de commerce, les droits d'auteur et les intérêts de brevet sape une partie cruciale de la politique whois, à savoir le respect de la loi canadienne sur la protection de la vie privée (la politique enfreint sans doute la loi) et l'équilibre approprié entre confidentialité et accès. Par exemple, considérez un Canadien qui enregistre companysucks.ca (nommez votre entreprise) en tant que site de dénonciation concernant une entreprise particulière. Il est compréhensible qu'ils souhaitent rester anonymes pour le grand public puisque la divulgation de leurs informations personnelles pourrait entraîner des répercussions négatives. En vertu de la nouvelle politique de l'ACEI, s'ils utilisent de fausses informations de registrant, ils risquent de perdre le domaine. D'un autre côté, l'exception de la porte dérobée signifie que le titulaire de la marque de commerce peut facilement masquer l'identité du titulaire, car l'ACEI transmettra simplement cette information.

On dirait que Geist a raison.



Kategori: Nouvelles